dimanche 22 avril 2018

Les Pâques du commissaire Ricciardi - Maurizio de Giovanni

Un vrai bon roman policier comme je les aime : une énigme véritable, une ambiance très importante, un enquêteur, récurrent, au fort caractère et à la vie pas si simple, pas mal de personnages sympathiques... et les autres.

Côté énigme, un meurtre, horrible, mais pas détaillé de façon sanglante, et une enquête qui va nous tenir en haleine (ou pas !) jusqu'aux dernières pages.
Le commissaire, que je découvre dans ce roman mais qui a déjà vécu plusieurs saisons d'aventures, ne s’oublie pas facilement : d’une empathie poussée à l'extrême, puisqu'il a le "don" de voir les morts à l'emplacement de leur mort violente, accompagnés de leur dernière parole. Et ce même des mois après qu'ils aient disparu, ce qui, si ça l'aide dans ses enquêtes, ne lui facilite pas les déplacements dans sa ville !
Autour de lui gravitent des personnages très bien campés, pas juste des noms mais des personnalités. Que ce soit les proches du Commissaire, qu'on doit retrouver dans chaque roman, ou les personnages "de passage" dans celui-ci.
Comme la plupart des séries policières avec héros récurrents, je suppose qu'on apprécie de les lire dans l'ordre, pour suivre la vie du commissaire. Mais aucun problème à lire ce volume sans rien en connaître.

Quant à l’ambiance, alors là, on est gâté !

D'abord, le meurtre a lieu dans un bordel, donc tout ce qui tourne autour de ce lieu, avec quelques personnages hauts en couleurs.

Et puis, nous sommes dans l’Italie de 1932, Naples sous la botte du Duce, et des chemises noires.
J'ai rarement eu l'occasion de lire sur cette période, et j'ai apprécié de découvrir la vie à cette époque. D'autant que ça a ici une réelle incidence sur l’histoire.

Et surtout, nous sommes dans la semaine sainte. Et la Semaine Sainte à Naples, c'est quelque chose ! Surtout à cette période : nourriture, célébrations, processions, jeûne, j'ai adoré les passages retraçant toutes ces coutumes.
"Signori', il faut que ce soit bien clair : le plus important dans un repas de Noël du Cilento, c'est le premier plat. Tout le monde est capable de cuisiner un beau morceau de viande ou un gigot d'agneau [...] mais le premier plat est, comme on dit, capital. Et il doit être soigné jusque dans les moindres détails.
[...]
... par conséquent, poursuivi Rosa, le choix de la pâte qui doit se marier au ragù est d'une importance capitale. Vous pouvez prendre des cavatelli ou des fusilli, la consistance est la même. Certes, les cavatelli sont plus faciles à manier mais mon signorino préfère les fusilli, donc je vous conseillerais de choisir ceux-là."
Même si le terme ragù, typiquement du sud, n'était pas utilisé chez moi, ça me fait trop penser à ma maman. Les pâtes du dimanche midi ... tellement plus importantes que la suite du repas !

J'ai apprécié combien l’auteur sait nous montrer la noirceur et le danger, sans descriptions horribles, tout en légèreté et en poésie. mais on tremble avec le commissaire et ses amis pour la vie de ceux qui osent parler librement.

J'ai donc aimé énormément de choses dans ce roman, mais sans être pour autant emportée par sa lecture. J'ai pu l'abandonner pour lire un roman jeunesse, ce qui n'arrive pas en général. Beaucoup de plaisir mais pas vraiment un coup de coeur, sans que je sache trop pourquoi..
Les courts passages énigmatiques entre deux chapitres coupent un peu le rythme, et font réfléchir sans dévoiler grand chose, mais c'est trop bref pour être vraiment gênant.

Cependant, j'ai très envie de lire les autres aventures du Commissaire; Je m'aperçois que je ne connais presque rien de cette période. Qui pourtant a eu une certaine importance pour quelques membres de ma famille. (Même si nous sommes tous d’Italie du Nord, et que Naples pourrait sembler sur une autre planète, tout en étant très proche).
Et puis, découvrir Noël à Naples me tente fort !

Un grand merci aux Éditions Rivages pour m'avoir permis de faire connaissance avec cet étonnant commissaire.

Extraits :

[À propos du chien]
Nous sommes amis, je ne suis pas son maître. Il est avec moi parce que ça lui fait plaisir et, quand il en aura envie, il partira de son côté. On devrait tous faire ça, en amour, en politique. Laisser le choix.

***

Peut-être même qu'un jour, je commettrai un délit gravissime, genre pied-de-nez ou pet à la santé de votre duce

***
Mais aujourd'hui, j'ai compris qu'une femme aussi belle, elle devrait pas naître dans un endroit comme celui-là. C'est pas sa place. La beauté, commissaire, il faut pouvoir se la permettre.

***
C'est en cela que consistait sa malédiction : l'impossibilité de se renfermer dans ce cocon d'égoïsme que tous recevaient à la naissance en cadeau de bienvenue. Tous, sauf lui.


Série Les saisons du commissaire Ricciardi
Traduit de l’italien par Odile Rousseau
Titre original : Vipera 2012
Rivages - 21/03/2018 NOUVEAUTÉ
16 x 23 cm - 329 pages
Résumé Babelio

samedi 21 avril 2018

Fenêtre sur : D'où viennent les aliments ? - Emily Bone

Dans la même série que Fenêtre sur New York, un autre documentaire paru le même jour, sur un thème très différent.
Même principe de belles pages cartonnées avec une multitude de volets à soulever.
Toujours un sujet par double page, mais ici il peut y avoir soit une grande image, soit plusieurs selon le thème.

Les plus jeunes aiment comme toujours soulever chaque rabat, mais il faudra pour certaines parties plutôt raconter que lire, le sujet n'est pas toujours simple pour les plus petits.
Les plus grands auront plaisir à découvrir toutes les explications, sur la page ou ... suspens ... derrière les volets.
Chaque page est un sujet distinct, on peut donc les aborder dans l'ordre que l'on veut et à petites doses, ou pas.



Un beau livre sur un thème intéressant, puisqu'il s'agit de découvrir le circuit de nos aliments les plus habituels, dont on ne se préoccupe pas forcément.

J'ai bien apprécié qu'une carte du monde situe les aliments venus de loin.

Et à la fin les anecdotes amusantes ou  étranges, ainsi que des explications pour faire pousser de la salade dans une jardinière.

Extraits :

Sommaire
1. Ce que tu manges...
2. Les aliments les plus consommés
4. Le lait et le fromage
6. En serre et en  plein champ
8. Les produits de l'élevage
10. Les produits de la mer
12. À travers le monde
14. Quelques anecdotes

***
Dans le monde, plus de 250 millions de vaches produisent du lait destiné à être bu ou transformé en fromages, en beurre et en yaourts.

***


Illustrations : Peter Allen
Traduction : Pascal Varejka
Editions Usborne - 12 avril 2018 NOUVEAUTÉ
Collection : Fenêtre sur ...
22 x 28 cm - 14 pages - 11.50 €
Plus de 90 rabats
Résumé Babelio

vendredi 20 avril 2018

C'est l'histoire d'un éléphant - Agnès de Lestrade - Guillaume Plantevin

 Un album à la fois drôle et beau.
Un court texte en randonnée, très amusant, qui par moments nous laisse terminer la phrase "refrain".
En randonnée et même en boucle.
Et j'ai énormément aimé les illustrations, à la fois simples, parlantes, et pleines d'humour.
Les petits yeux de l'éléphant furieux ...
C'est rare de voir un serpent plus sympathique que l'éléphant !
Lu avec mes petits de 6 ans et 9 ans 1/2, ils se sont régalés tous les deux  (moi aussi !)

Extraits :

Et c'est comme ça qu'elle tombe sur l'éléphant, celui qui n'était pas content parce qu'il n'avait pas dormi de la nuit à cause d'une chauve-souris... enfin... tu connais la suite.

***
Alors la souris fait "bouh !"
Juste "bouh !"






Editions Sarbacane 2012
23 x 23 cm - 38 pages (np)
Résumé Babelio

jeudi 19 avril 2018

Tableaux célèbres + L'Art en images

Exceptionnellement, je vais présenter en un seul articles deux albums, différents mais proches.
Deux beaux albums pour une première approche des tableaux les plus connus.

mercredi 18 avril 2018

Agatha Raisin enquête (n°7) À la Claire Fontaine

Agatha est de retour dans les Costwalds, et c'est une bonne chose !
Après la déception du tome précédent, tellement ennuyeux, j'ai retrouvé ici la dynamique des premiers volumes.
Une enquête policière sans rien d'exceptionnel, voire très secondaire, mais le plaisir de retrouver pas mal de "têtes connues", de l’adorable Mrs Bloxby, épouse du pasteur, à Bill Wong (et sa mère !!), en passant par Roy l'inévitable, toujours aussi agaçant et indispensable.
Et bien entendu, la valse hésitation entre Agatha et James.
Plus quelques nouveaux personnages bien croqués.

Un épisode moyen donc ; finalement, la campagne anglaise sied bien à Agatha.
Elle a de nouveau, devant la froideur de Mr Lacey, des velléités de voyage, et j’espère qu’elle n'en fera rien, je compte lire l'épisode prochain ! (et j'espère même que la bibliothèque achètera les suivants, parus en mars. Mais j'en vois poindre 2 nouveaux en juin, pas sûre que le budget suive !)

Extraits :

C'était un de ces endroits où le menu est raffiné et la cuisine consternante.. Une excellente façon de faire régime, pensa Agatha.

mardi 17 avril 2018

Jour de colère - Caryl Férey

Ça commençait bien, ça finit pas mal ... mais entre les deux, une partie me gêne vraiment.

Dispute entre parents, juste la veille d'un départ en vacances très attendu, puisqu'il doit permettre à Adrien de retrouver à la fois ses grands-parents, et la mer.
C'est donc très déçu qu'il apprend que non seulement il n'aura ni l'un ni l'autre, mais qu'en plus son père ne vient pas avec eux.

Départ donc dans un endroit peu attrayant, avec sa mère et sa petite soeur, qui ne comprend pas mais voudrait bien son papa elle aussi.

J'ai trouvé les réactions de chacun justes et bien décrites, on est tout près de ce pauvre garçon qui comprend que tout est bouleversé, sans vraiment savoir pourquoi.

Mais quand il fugue pour retrouver son père et accepte de partir sur le porte-bagages d'un personnage de rencontre à la mine un brin patibulaire, je ne suis pas d'accord ! Je m'inquiète de l'exemple donné aux jeunes lecteurs. D'accord, il ne faut pas juger sur la mine, mais les risques pris sont énormes.

Et aucune remarque sur la dangerosité de ce qu'il a fait. Les parents sont ravis de le retrouver, on n'en parle plus, tout est bien qui finit bien.
NON, je ne suis vraiment pas d'accord sur les idées que cela peut mettre en tête d'enfants mécontents de leur vie ! (À tort ou à raison !)

lundi 16 avril 2018

Les soeurs Moustaches T1 La balade de Maï - Miss Paty (B.D.)

Une très sympathique bande dessinée pour les plus jeunes : des dessins tout mignons, une belle écriture en cursive, caractères larges et bien lisibles, très bien pour les débutants.

Une histoire un peu surprenante : mi humaines, mi animaux qui vivent provisoirement seules dans la forêt.
Mais une petite soeur très classique cependant, qu'on laisse un peu de côté car plus jeune, qui s'en plaint, et qui fait quelques bêtises, plus ou moins volontairement.

Comme toujours, j'ai un peu de mal avec les bandes dessinées, en dehors des grands classiques. Je ne voyais pas trop pourquoi le chat était une des soeurs, je pensais avoir manqué quelques explications mais il s'agit bien du tome un. Je dois manquer plutôt d'imagination !
Je pense qu'avec les enfants, ça ne pose aucun problème, et c'est vraiment très mignon, et intéressant aussi.Mais pourquoi ne pas paginer une BD ? Je trouve ça très agaçant.Le personnage de l'ours qui a toujours faim apporte une note d'humour bienvenue.

dimanche 15 avril 2018

1001 animaux à trouver - Ruth Brocklehurst - Susanna Davidson

Extrêmement intéressant, un "Cherche et trouve" à plein de niveaux.
Donc qui plait à des âges très différents, et qu'on sort et ressort souvent.

samedi 14 avril 2018

Petite salamandre (Magazine)

Après Salamandre junior, nous avons le plaisir de découvrir Petite Salamandre, pour les plus jeunes à partir de 4 ans.
Aussi attrayant, aussi intéressant que son grand frère, que ce soit pour lire aux plus jeunes, ou pour le laisser découvrir aux lecteurs un peu plus aguerris.
La maquette en est assez proche. Dans ce numéro de février-mars :
- une courte bande dessinée
- des fiches questions réponses à découper. Au bout de quelques numéros, ça fera un joli jeu à ranger à part.
- une double page sur le crapaud
- plusieurs pages de jeux, adaptés aux divers âges concernés (coloriage, dessin, comptage, lettres, parcours, cherche/trouve …)
- un beau dossier de 8 pages sur le blaireau. Très léger à lire, chaque double page peut être vue séparément, avec un sujet distinct, et toujours des textes très courts. On y apprend beaucoup de choses facilement !
- un superbe poster d’un blaireau encarté au centre (format 34 x 44 cm) Au dos, des réponses détaillées à des questions de lecteurs.
- des activités manuelles bien détaillées (bricolages, cuisine, découpages)
- une vraie histoire à lire, sur 4 pages (sur un thème nature bien entendu)
- et les infos brèves, les idées de livres, expo, des questions au photographe qui a réalisé le dossier sur le blaireau …

Le tout avec des textes courts, très illustrés, et très attrayants.
Vraiment une adorable revue pour les plus jeunes, et même pour les autres. Moi, je me régale !

vendredi 13 avril 2018

Un si terrible secret - Evelyne Brisou-Pellen

J'aime à peu près tous les romans d'Evelyne Brisou-Pellen, et si je l'ai découverte il y a TRÈS longtemps avec du fantastique, Le mystère de la nuit des pierres, (tiens, il faudrait que je le relise, je ne m'en souviens absolument pas) j'apprécie particulièrement ceux qui traitent de vie actuelle, de secrets de famille. 
Et côté secret de famille, ici, c'est plutôt énorme.

L’ayant ressorti pour ma petite-fille, j'en ai profité pour m'y replonger.

Curieusement, je ne me souvenais que de la scène initiale ; et en en parlant avec ma fille, je me suis aperçue que pour elle, c'était la scène finale qui l'avait marquée. La mémoire des lectures est curieuse.
15 ans après ma première lecture, je l'ai tout autant apprécié, mais attention, ce n'est pas un livre léger, il est à réserver aux lecteurs pas trop jeunes, ou pas trop impressionnables.
Il est d'autant plus intéressant qu'il permet de découvrir la période de la seconde guerre mondiale, l'occupation et la Résistance.

Tout commence par un drame terrible, la nuit de Noël, Nathanaëlle apprend que ses grands-parents, couple modèle adorable, viennent d'être découverts morts, de façon totalement inexplicable.
Enquête, deuil, rien ne s'éclaircit.

jeudi 12 avril 2018

Picoti Picota une poule arriva - Matthias Riehl

 En recherchant des idées de lecture pour mon petit-fils de 6 ans (qui vient de terminer mon stock de Clan des 7 :-)  !!)  j'ai ressorti mes quelques "Bibliothèque de l'Amitié", que je n'avais pas regardés depuis longtemps.
La Bibliothèque de l'Amitié était une belle collection éditée par Rageot / Editions de l'Amitié des années 60 jusqu'en 1988.
On y trouvait notamment Yvon Mauffret, Michel-Aimé Baudouy, Betsy Byars, et même quelques Susie Morgenstern, Christian Grenier, et l’inénarrable Mystère au chocolat de Didier Herlem.
Une épaisse couverture cartonnée, mais surtout, son signe distinctif, une photo pleine page en couverture.
Qui faisait terriblement moderne et original quand mes enfants les lisaient, et qui les fait paraître à présente particulièrement démodés !
Cette collection a été remplacée dès 1989 par la collection Cascade aux belles couleurs et à la couverture souple, certains titres y ont même été réédités (Mystère à Carnac, ou Mystère au chocolat par exemple)

mercredi 11 avril 2018

Fenêtre sur New York - Jonathan Melmoth

Un bel album cartonné à la découverte des lieux emblématiques de la grosse pomme.
J’avoue que je l'avais demandé surtout pour moi, fan de New York, et je ne pensais pas tellement le partager avec mon petit-fils, qui ne connait pas du tout. C'est lui qui m'a réclamé qu'on lise celui-ci, et il s'est régalé.
Je pense que c'est surtout la vue des buildings qui l'a attiré, et ensuite, il a été fasciné par tout ce que cachent les volets et rabats. On ouvre, on déplie, on s'étonne.
Plein de surprises à découvrir. On visite le dessus, le dessous, l'intérieur.

Sa page préférée est celle des gratte-ciel, représentés à l’échelle. Il était sidéré de voir comme la Statue de la Liberté était petite par rapport aux immeubles. Pour se faire une idée, on a regardé les bus, microscopiques au pied du Flatiron ou du Rockefeller Center. Et surprise, il faut déplier la page pour pouvoir caser à leur échelle l’Empire State Building et surtout le One World Trade Center.

Chaque page fourmille de détails et d'anecdotes, au point que j'ai regretté de ne pas l'avoir eu avant de visiter NYC !

Au sommaire :